Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une connerie vous dis-je !

Publié le par Le Pic Vert

«Si vous gelez les prix pendant trois mois et que vous les laissez repartir après, vous n'avez rien résolu» (Jean-Marc Ayrault), et on pourrait même ajouter que l'on a doublement perdu : de l'argent et du temps !

Jetez un coup d'œil sur les prix aux diverses pompes et vous verrez bien que baisser les prix de quelques centimes n'a vraiment aucun sens. Non seulement ils peuvent varier jusqu'à une vingtaine de centimes le litre suivant les lieux et les types de distribution, mais également de plusieurs centimes sur un même lieu suivant que l'on s'y présente à une heure de pointe, hors ouverture de l'hyper auquel le carburant sert d'aspirateur à consommateurs, ou le week-end.

De plus ce n'est pas tenable dans le temps et donc on aura le même effet que pour toutes les baladurettes, jupettes ou sarcozettes...

C'est également, et peut-être surtout, un très mauvais signe donné au citoyen...

On refuse une fois encore de regarder les vraies raisons de l'augmentation des carburants, on laisse croire que l'on peut agir sur les effets sans s'attaquer aux causes, c'est totalement irresponsable !

Il y a déjà une bonne dizaine d'années, devant quelques personnes qui se voulaient sensibles à la chose environnementale et en préparation d'une réunion pubique j'avais osé suggérer "qu'il est de notre devoir de dire (puisqu'on le croit - au moins moi !) aux jeunes qui viennent s'endetter dans nos campagnes pour y construire le nid de leur famille, qu'ils devraient bien réfléchir avant, qu'ils devraient regarder comment ils vont aller à leur boulot (s'installer pas loin de possibles transports en commun par exemple), etc".

Je me suis attiré la foudre ! "Ce n'est pas porteur, personne ne voudra l'entendre, personne ne votera pour des idées pareilles...". Alors que la seule question qui vaille est : est-ce qu'on le croit ou non ? Si on le croit on a le devoir de le dire, quelle qu'en soient les conséquences immédiates.

Aujourd'hui nous nous trouvons devant la même situation : tout le monde sait bien que bloquer les prix des carburants est une connerie mais on a dit qu'on allait le faire "car c'est porteur" !

Porteur en voix sans doute, porteur en déficit pour l'état c'est sûr, et donc moins de moyens pour engager les réformes indispensables de nos modes d'habitation, de transport, de travail. C'est la préparation de la société de demain qui prendra encore du retard et plus l'on recule plus la transition sera douloureuse. Oh pas pour tous, certains profitent de la situation actuellement et ce seront les mêmes qui s'engraisseront lors de cette transition inéluctable.

La transition énergétique, c'est maintenant ! Dans un article publié le 16 février 2012, Philippe Martin écrivait, entre autres : "Les 30 glorieuses ne reviendront jamais et l’épuisement des ressources naturelles modifie durablement les règles du jeu de la compétition internationale. Nos modes de production et nos modes de vie énergivores ne sont plus compatibles avec les enjeux environnementaux. C’est désormais à l’aune des critères du développement durable que doivent être faits les choix politiques en matière d’énergie, d’aménagement du territoire,  d’urbanisme, de transports, de logement et de stratégie industrielle".

Pour ce gouvernement, la transition énergétique, c'est pour quand ?

 

Commenter cet article