Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les "capitalistes anti-libéraux"...

Publié le par Le Pic Vert

Parcourant la presse de ce samedi matin 14 novembre, Le Pic Vert se dit que le paysage politique est vraiment en train se de recomposer pour ne pas dire... "décomposer" !
Déçus de la non venue d'un ministre de la "sarkozye" ayant préféré aller se blottir sous l'aile de son président à La Chapelle en Vercors, officiellement pour y parler d'agriculture (il doit ressembler à Pinocchio aujourd'hui), puisque n'y ont été finalement abordés que des thèmes sur l'"identité nationale" (nationalistes ?), les éléphants de l'agriculture gersoise avaient donné rendez-vous aux élus dans une ferme.
Ce fut donc une grand messe, chaqu'un y allant de se petite tirade sur son ressenti et ses propositions...
Si on comprend les revendications des agriculteurs qui demandent toujours plus, après tout ce sont ici des syndicalistes qui voient à distance de la prochaine élection professionnelle, il y a de quoi s'interroger sur leurs analyses à plus long terme terrain sur lequel ils ont été rejoints par les élus qui... voient également à distance de la prochaine élection politique. Autant dire que le débat ne fut guère élevé et les propositions très... on dira "terre à terre" !
Morceau choisis, en commençant par celle d'une députée européenne, puisque c'est là qu'est décidé le "salaire" de nos fonctionaro-agro-industriels (les paysans n'étant pas représentés à cette rencontre) :
- Françoise Castex : "Il faut donner les moyens à l'Etat d'avoir des usines en France qui produisent des engrais"... Sans doute également un dépôt à quelques pas de la ferme où ces paroles de haute volée ont été dites ? (URCA, dont le projet semble en sommeil actuellement et qui aurait pu se trouver à quelques 250 m à vol d'oiseau). Pas terre à terre, carrément enfoui, en-dessous du niveau du sol !!!
- Philippe Martin : « Nous sommes avec vous. Ce n’est pas dans la nature des agriculteurs de quémander. Mais il faut savoir que les élus qui défendent la ruralité sont de plus en plus rares à l’Assemblée. Ce sont de plus en plus les élus urbains qui dictent leur loi. » Le Pic Vert connaît des agriculteurs qui doivent bien rigoler de ces paroles pour avoir entendu (en off) leurs propos sur le sujet. Mais qu'il se rassurent, le député Philippe Martin a bien les pieds sur terre et en cette période de "pré-campagne" il n'hésitera pas à défendre la campagne gersoise encore relativement peuplée. Il a déjà défilé à la tête des chasseurs atteints de la maladie bleue et en plein conflit avec une verte ! Alors...
- Philippe Vall : "vous n'avez pas besoin de prêts mais d'argent". Ben oui, quoi, une augmentation de salaire...
- Gisèle Biémouret (la seule dans ce concert à bien connaître le monde rural) : "Il faut relocaliser les productions". Certes, en voilà une idée qu'elle est bonne ! Mais quelles productions ? La terre agricole gersoise est largement occupée, surexploitée même. S'agit-il de remplacer les cultures et les élevages industriels par de l'extensif afin de sauvegarder notre sol, notre eau de surface comme les nappes ? Produire ici ce que nous consommons ici ? Permettre aux petites structures d'être rentables et de vivifier le tissu rural ? Arrêter la concentration des terres entre quelques familles qui se partagent la manne de la PAC ? Alors là oui, cent, mille fois oui ! Ce serait "bio"coup mieux !!! Mais, Gisèle, les représentants de cette agriculture que "tu" (excuse le tutoiement ici, mais ce n'est pas d'aujourd'hui...) défendais jadis n'étaient pas présents à Montaut-les-Créneaux...
- Henri-Bernard Cartier : « Des libéraux, il n’y en a pas qu’à droite. Il y a une constante à droite comme à gauche. »« il y a également les contraintes environnementales qui plombent l’agriculture française (…) Nous avons un boulet au pied. » Celui qui veut nourrir la planète avec l'agriculture française, avec les OGM... Oh, le boulet !
- Christophe Lenaerts : "les directives européennes sur l'environnement sont à chaque fois durcies pour la France". Ben mon cochon, il n'y a qu'à voir en Bretagne ! Pour plus informé, cliquez ici.
- Rémy Fourcade (celui qui réclame la suppression des impôts fonciers - le beurre, l'argent du beurre, etc...) : « Les agriculteurs sont pris entre deux feux : les libéraux et les environnementalistes. » Tiens donc, les agriculteurs ne seraient ni l'un ni l'autre alors ? Pour l'environnement on s'en aperçoit tous les jours, mais là une nouvelle catégorie vient de naître : "les capitalistes anti-libéraux" !
Et cerise sur le gâteau, une dernière réflexion du "Monsieur environnement" du PS, Philippe Martin à propos de la taxe carbone : « Vous paierez doublement, en tant qu’agriculteur et en tant que citoyen. » On se demande bien ce qu'il a retenu des conversations qu'il a pu avoir avec Borloo dans l'avion qui les conduisait au bout du monde afin de contempler la fonte de la calote polaire... Mais ce n'est pas ici le lieu d'un débat sur la "contribution climat" et les propositions novatrices du PS ne sauraient tarder. On en discutera alors.
En politique il est fréquent de voir les élus "ouvrir le parapluie" dès que les difficultés se présentent, cette nouvelle catégorie aurait plutôt tendance à "présenter l'entonnoir" afin de concentrer toutes aides et profits...
Le Pic Vert ne peut se laisser attendrir sous prétexte qu'ils refusent aujourd'hui une "sarkozye" qu'ils ont, de leur propre aveu, mise en place !
Sinon, pour des propositions sérieuses sur l'agriculture, vous pouvez cliquer ici.

Commenter cet article