Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Pic Vert est-il un "écolo" ?

Publié le par Le Pic Vert

A propos du débat organisé par le journal Sud-Ouest et paru ce-jour.

 

Merci au journal Sud-Ouest pour avoir permis cette rencontre de deux mondes qui vivent côte à côte sans se parler, sinon sous forme d’invective et de caricature. Peut-être une ouverture pour un vrai débat de fond dans les mois ou années à venir.
Comme on dit aujourd’hui, “c’est pas gagné !”
Et des caricatures on y a encore eu droit ! J’ose espérer que ces “saillies” sont destinées à motiver les troupes, que vous avez autre chose en magasin que ces formules toutes faites et d’un autre temps, car si on gratte un peu ce n’est pas très sérieux.
Madame Pieters où avez-vous entendu que les produits bio "soignent" ? Certainement pas de la bouche d’un représentant de l’écologie politique !
3 % de l'eau qui tombe consommée par les agriculteurs (encore pourrait-on parler de ce que contient cette eau qui tombe - voir : http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/upload/bibliotheque/417851793691628890973684116531/ORAMIP_Midi_Pyrenees_Rural_Periurbain_Air_Eau_pluie_2002-2003.pdf). Vous oubliez que l’irrigation c’est 56 % de l’eau consommée dans le Gers annuellement, avec des pointes à plus de 80 % en été. Et les nappes phréatiques on en fait quoi ? On les assèche pour récupérer tous les pesticides qu’elles contiennent ?
Le bio serait tout aussi aidé... Ne serait-il pas nécessaire de revoir la façon d'aider les agriculteurs ? Quel est le retour dans le domaine de l'emploi et de la qualité des produits des sommes ainsi allouées au monde agricole suivant les filières ? Aurons-nous un jour les résultats rendus publics, pour l'action Gers Amont par exemple : quel résultat par million d'euros englouti (je parle résultat sur la qualité de l'eau, par sur l'investissement des agriculteurs !)...
Quant à M. Zanchetta qui nous dit que l’écologie et l’environnement c’est lui qui en fait, qu’il me permette de sourire car il faut parfois employer “les moyens légaux dont nous disposons” pour le faire respecter l’environnement ! En voici quelques exemples - http://lepicvert.over-blog.org/article-oh-pierrot--38264098.html – pour lui rappeler que “les bons et les méchants” ne sont pas tous retranchés dans l’un des camps. Que veut-il dire également : “L’agriculture raisonnée se rapproche beaucoup du bio, mais il ne faut pas en faire à outrance...”. Serait-il contre l’agriculture raisonnée pour tous ? Est-ce bien raisonnable... Déjà que ce principe n’est garanti par aucun contrôle ni cahier des charges contraignant, un responsable JA trouverait-il que c’est trop ?
Finalement puisque nous parlons ici de raison, c’est M. Fourcade qui nous a paru (d’après ce qui a été retranscrit du débat) le plus raisonnable, l’expérience sans doute !
Le Pic Vert n’avait pas une bonne image de ce syndicaliste pour avoir vécu une expérience quelque peu dévoyée de la finalité annoncée. En effet j’ai eu l’honneur d’être invité dans sa ferme pour une visite de groupe. Nous avons pu voir quelques veaux dans une stabulation, déguster des produits à base de canard gracieusement offerts et... un meeting politique au cours duquel les “écolos qui n’y connaissent rien” (à l’époque Voynet, Mamère et Bové) en ont pris pour leur grade. Peut-être y avait-il mieux à faire pour faire découvrir et aimer la profession...
Que l’expérience de ce syndicaliste connu et reconnu lui fasse simplement reconnaître les écologistes comme interlocuteurs est déjà un progrès.
Nous ne sommes pas “de petits hommes verts venus d’une autre planète”, nous sommes profondément enracinés dans la ruralité, bon nombre sont paysans ou fils ou petits fils de, nous nous battons pour le mieux-être de ceux qui y travaillent (les premiers touchés dans leur santé - il en est où le rapport de la MSA ? - et dans leur rémunération) et de ceux qui y vivent, nous savons que l’agriculture connaît des difficultés, nous savons que le bio n’est pas le remède à tous les maux mais nous pensons que de lui peut venir une partie de la solution.
Comment les agriculteurs peuvent-ils se satisfaire d’un modèle qui en fait des esclaves des temps modernes ? - http://lepicvert.over-blog.org/article-28609874.html - http://lepicvert.over-blog.org/article-les-agriculteurs-larbins-des-multinationales--39584749.html
Si cette société vous convient, effectivement, nous n’avons pas grand chose à nous dire...
Si vous pensez qu’il faut la faire évoluer vers plus d’humanisme, vers plus de respect des individus et de l’environnement, alors il faut commencer à discuter tout de suite... Nous avons perdu beaucoup de temps mais rien n’est jamais définitivement perdu.
Nous n’avons pas de solution ! N’en soyez pas surpris. Il n’y a pas de solution, il y en a des multitudes pour peu que chacun en prenne conscience et se respecte.
Une anecdote pour terminer : Le Pic Vert est aussi cycliste (si, si...) et cet après-midi il est allé rouler sous ce beau soleil printanier... La campagne est belle, les rampes un peu trop souvent de sortie à son goût mais bon on en reparlera, mais ce qui l’a dégoûté par dessus tout c’est un panneau publicitaire accolé à une façade en pleine campagne... Un hard-discount y propose de la saucisse, origine France s’il vous plaît, à 2,95 euros le kilo. En pleine campagne, personne ne pense que derrière cette saucisse il y a un éleveur, un producteur de céréales, etc., qui vont crever si on continue ainsi !!!! En pleine campagne... Je ne connais pas le maire, est-il agriculteur ? En tous cas pas “Vert”, il n’y en qu’un dans le Gers à porter cette étiquette, et ce n’est pas lui !
Le Pic Vert la paie 10 euros la saucisse, elle est de porc gascon, élevé en Gascogne gersoise...
Il mange également du bœuf de race Gasconne Mirandaise, sont petit itou, des poulets-pintades-canards gersois, de l’agneau gersois (sans vaccination...), des produits laitiers gersois, boit du vin et du jus de raisin gersois, cuisine avec de l’huile et du vinaigre gersois... Le tout en “bio” évidemment !
Est-il pour autant un de ces “écolos” qui font tellement peur ?

Franchement il ne voit pas quelle est la raison qui pousse certains agriculteurs à le classer "nuisible" !

Commenter cet article