Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Albert Jacquard nous parle du 1er mai 20??...

Publié le par Le Pic Vert

Ce matin (brrrr qu'il fait froid, il y a dix centimètres de neige en bas) le Pic Vert n'a même pas mis le bout du bec hors de son trou, il a un thermomètre "intérieur/extérieur" qui lui permet rester bien au chaud devant sa petite lucarne. Non, pas sa télé ! Son écran d'ordinateur car il a l'"adéèsselle" au creux de son arbre... Qu'est-ce que vous croyez ?

Et en cherchant sur la toile il est tombé par hasard - (enfin presque puisqu'il avait demandé à "gougueule" de chercher "Albert Jacquard") une citation, issue de "La légende de demain" paru en 1997 aux éditions Flamarion.

"... Les gouvernants continuaient à répéter les mêmes slogans incantatoires vantant la croissance, la puissance, la domination. Les peuples, eux, refusèrent ce qui est leur est apparu comme un suicide collectif. Après avoir, en 1989, abattu à Berlin le "mur de la honte", ils ont, quelques années plus tard, démoli le "mur de l'économisme".
Le 1er mai 200... , comme à leur habitude, les chefs des États les plus riches se sont rassemblés. Ils ont constaté que leurs dettes étaient toujours plus élevées, que le coût des systèmes sociaux devenait insupportable, que les entreprises ne faisaient plus assez de profits et que, de ce fait, la croissance économique était insuffisante. Ils ont annoncé un accroissement inéluctable du chômage et ont appelé les citoyens à de nouveaux sacrifices.
La fin de la crise était annoncée depuis si longtemps que, cette fois, les populations ont refusé de poursuivre ce jeu où elles perdaient toujours. Ce refus, elles l'ont hurlé. Partout des défilés spontanés ont paralysé les capitales et les grandes villes. La grève générale a arrêté toutes les activités. Les forces de l'ordre ellesmêmes ont sympathisé avec les manifestants. Les cadres supérieurs des banques, les techniciens des télécommunications ont mis leur compétence au service de ce bouleversement. Toutes les transactions financières ont été bloquées. Les mémoires des ordinateurs où étaient inscrites les dettes des uns, les créances des autres ont été effacées. Les humains se sont retrouvés tels qu'en eux-mêmes, débarrassés des attributs qui, hier, les faisaient maîtres ou valets, riches ou pauvres. Tout s'est passé sans la moindre violence, excepté toutefois un incident en France: d'anciens élèves de l'ENA ont tenté de mettre le feu au siège parisien de l'école afin de marquer leur reniement de la cause qu'ils avaient servie. L'incendie a été rapidement maîtrisé et les dégâts matériels ont été insignifiants, mais la dévastation de l'espace mental que ce bâtiment symbolisait a été totale. Tout a été repensé dans l'organisation des rapports entre concitoyens et entre communautés.
Les frontières, ces «cicatrices des histoires», ont en grande partie été gommées et ont changé de rôle. Une nation n'est plus définie par un territoire qu'elle s'efforce d'agrandir, mais par un peuple qu'elle s'efforce de rendre cohérent par l'adhésion à une éthique commune. "

Le Pic Vert a toujours froid au corps, mais du côté du cœur ça va beaucoup mieux...

Vous avez dit 2000 combien ?

Commenter cet article